Merops Apiaster


Enregistrements de Guépier d’Europe (Merops Apiaster) réalisés Espagne, où il est bien représenté. S’observant facilement perché le long des routes, il faut attendre la fin juillet pour voire les jeunes à l’envol (moins colorés) en balade avec les parents, le plus souvent posés sur les câbles électriques, quémandant la nourriture que les adultes apportent dans un va-et-vient incessant.


Jeunes quémandant nourriture : 0’41

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Groupe d’adultes et jeunes : 0’41

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Publié dans Non classé, ornitho | Commentaires fermés

Parabole « home-made »

Mai 2011 – Mes premiers essais avec une alternative à la parabole Telinga. Bricolage maison, un assemblage bien plus qu’un « fabriqué soi-même ». En effet, voulant quelque chose de souple (pliable), léger et transparent (pratique en pleine nature) je n’ai pas fabriqué la cuvette termoformée en polyéthylène. Ne possédant pas de four et n’y connaissant rien à la cuisson ni au moulage des polymères, cela aurait été très long et nocif de le faire soi même….Ce serait aussi probablement revenu trop onéreux de le faire faire à l’unité…

J’ai tout simplement fini par lorgner du côté d’Ebay, échouant auprès d’un un petit vendeur qui proposait une cuvette ‘home-made’ transparente plus profonde (18cm), plus épaisse (et donc un peu moins souple) mais également plus large (diam. 50cm) pour à peine 50€ port compris. (Les tarifs des revendeurs Telinga font quant à eux la cuvette seule à près de 100€ et le kit complet autour de 700€).

• Pour la fixation, quelques vis et une vielle poignée Rycote font très bien l’affaire.
• Pour fixer le microphone et l’adapter au point de focale, un fil de fer enroulé sur un autre, le tout clippé sur la cuvette ( avec un point de gaffer par sécu) .
• Pour le micro un petite capsule omnidirectionnelle légere et facile à bouger pour ajuster le point de focale. j’ai utilisé ma capsule Sanken Cos 11, placé ici à la manière d’un cardio, face au foyer et non face à l’extérieur, (c’est un micro cravate utilisé d’habitude en ITW et donc optimisée pour la voix, avec une bosse  de +6dB à partir de 6khz). Il lui manque sa baffle ou un petit windjammer contre le vent .

Un DPA 4060 serait plus approprié compte-tenu de la linéarité de sa courbe de réponse. A comparer dès que possible donc. Mais le système s’avère d’ores et déjà correct au niveau sonore, très léger, transportable et montable/démontable en dix minutes.

•Extraits bruts (sans Eq ni boost) avec Préampli AETA Mixy + Microtrack (via liaison AES/SPDIF)

1:  Chant de Pinson des arbres (Fringilla coelebs) et Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) dans le même axe à 15-20m, se chevauchant.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

2:  Alarme de femelle Rougequeue noir et groupe de mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), vent. Sources toujours en mouvement donc pas de focalisation précise.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

•Extraits bruts (sans Eq ni boost) avec le microtrack seul (88.2 khz/24bits)
1:  Chant de Pinson des arbres à 15 m. C’est terne mais ça reste toutefois assez propre, la source n’étant pas loin, sonore et bien focalisée.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

2:  Un Loriot (Oriolus oriolus) répond à mes imitations. On voit bien là, la limite du microtrack. Avec les préamplis à fond, la prise est inexploitable. La source  cachée dans le couvert végétal est difficile à focaliser et qui plus est assez loin (30/35m). La parabole est orientée vers le haut, ramassant beaucoup de bruit ambiant et notamment le vent dans les feuilles. C’est dommage car les phrases flûtées du loriot sont très musicales. A refaire avec la Mixy !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Publié dans field recording, matériel, ornitho | Commentaires fermés

Phoenicurus…Essais Telinga + MBHO

Avril 2011 – J’emprunte une Telinga chez DCA pour faire des essais avec les capsules omni MBHO que je viens de recevoir. La capsule est montée sur leur dernier préamplis MBP604, et le tout fait la taille d’un KM140. Enfoncé à fond dans la bonnette de la Telinga, la capsule arrive au pile au foyer. Le son est assez doux et me paraît naturel pour de la parabole. Quelques extraits bruts (sans Eq ni boost) ci-dessous, enregistrés dans la Vienne entre le 29 et 30/04/11.

1. Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) à 20/25 m.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

2. Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) à 30 m.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

3. Rossignol Philomèle  (Luscinia megarhynchos) distance estimée à 15-20m.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Publié dans Non classé, field recording, matériel, ornitho | Commentaires fermés

Aogera (Picus awokera)

C’est toujours dans ce paysage arboré de la grande banlieue de Tokyo avec champs de thé minuscules et petits bois que j’ai été surpris par ces appels perçant de deux oiseaux d’une espèce non identifiée…. Aussi bruyant qu’invisibles dans le fouillis végétal printanier. Quel vacarme et pourtant, aucun contact visuel. Déplacement rapide, assez bas, d’un bouquet d’arbre à l’autre. On s’interroge…Après reflexion, je penche pour un couple ou deux mâles de Pic Awokera ou Japansese green woodpecker…Parade ou dispute de territoire. Les maigres infos audibles sur le net rapportent des cris moins vindicatifs mais dans la même tonalité. De plus, j’ai observé un individu de cette espèce quelque jours plus tôt au même endroit…mais silencieuse cette fois. Enregistré à  Sayama (Japon) – avril 2010
(Img: F. von Siebold – Fauna Japonica – 1842 – public domain).

Aogera – Picus awokera - 0’54

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Publié dans field recording, ornitho | Commentaires fermés

Poules Industrielles…


45000 poules pondeuses agglutinées les unes sur les autres dans la pénombre ça fait quel son ? Voila quelques extraits mono récupérés d’un tournage en Bretagne, haut lieu de la production avicole ( 50% de la production française pour les oeufs et la chair ) (… ) 45000 ici mais en « catégorie 3″ – cages + lumière artificielle + rendements maximum –  la qualité la plus basse donc, on peut aller jusqu’à 65-80000 individus. Les poules restent un an dans ces cages minuscules sans jamais voir la lumière du jour, condamnées à pondre à même la cage, les oeufs roulent jusqu’à une rigole, tombent sur un tapis les emmenant  jusqu’au batiment de conditionnement…Passé l’année, la productivité  des gallinacés baisse, l’on doit alors « changer de lot » (oui, 25000 poules c’est un seul et même « lot ») …Où vont elles alors ? Dans les boîtes de Couscous et autres plats en conserves me dit-on…

Poule pondeuse cat 3 – 1’30″

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Poule pondeuse plein air – 1’25″

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Poulet de chair – 1’23″

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

A l’inverse la photo ci-contre présente ce qu’on appelle des poules « Plein air » C’est aussi cette mention qui est inscrite sur les boîtes d’oeufs…Pas de cage, mais une succession de petits boxes (tissus rouges) dans lesquels y pondent à tour de rôle dix à douze poules.

Ensuite, les poulettes peuvent sortir dans un compartiment ouvert sur l’extérieur. Elles ont 12 hectares pour se dégourdir les jambes. La surface dépend du nombre d’individus prévus. De petites mouches sont élevées pour éliminer l’invasion de larves d’autres mouches, pondeuses du type Calliphora.

Et ça ne fait pas le même son ! Les cris des poules ne paraissent-ils pas plus « enjoués »? Ce type d’installation est ce qu’on appelles de la « Catégorie 1″ qualitative tout en restant industriel. (La « catégorie 0″ étant un mode d’élevage biologique).

Et n’oublions pas ce cher petit poulet destiné au sandwich crudité,  fast-food et autres salades et plats cuisinés… Un lot de 25000 « poulets de chair » qui ne verra pas la lumière du jour non plus. Ils seront retenus et alimentés pendant 90 jours avant de finir en émincé…

Il fait entre 25 à 28 ° C  en permanence, très humide et il n’existe pas de système d’évacuation des fientes. On ne résiste pas longtemps à l’odeur âcre de l’ammoniaque issu de la décomposition des fientes…Suffocation et nausée pratiquement garanties. Bon appétit !

Publié dans ornitho, sonographie | Commentaires fermés